Krea-Myth, vivez, creez

Forum sur la création
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Un autre histoire courte...

Aller en bas 
AuteurMessage
Maelwyss
A deux mains gauches
A deux mains gauches
avatar

Nombre de messages : 39
Age : 31
Localisation : Paris
Date d'inscription : 15/06/2006

MessageSujet: Un autre histoire courte...   Mar 29 Aoû - 23:42

Bonsoir,

Voilà une autre petite histoire, si vous avez le temps de la lire et de me dire ce que vous en pensez, sinon ce sera pour une prochaine fois Wink

Ce matin-là, lorsque Jack se leva, il était huit heure, il s’en souvient bien car il s’est dit à ce moment-là : « bordel, déjà huit heure ! ». Il se leva rapidement, passa dans la pièce d’à coté et s’arrêta devant un miroir plus grand que lui. C’était purement par humaine coquetterie que Jack avait ce miroir, cela faisait un bout de temps qu’il se regardait dedans, et que ce soit le matin, le midi et le soir c’était gueule de métal, à chaque fois.
À oui c’est vrai, Jack ne vous l’avais peut-être pas dit, mais c’est un robot : étonnant, non ? Aujourd’hui Jack à choisi de s’habiller de manière décontractée, histoire de laisser respirer les circuits, c’est toujours mieux en période estivale. Et puis aujourd’hui c’est journée détente, en plus il va voir Léa, une bonne amie à lui, une très bonne amie.
Hmm… à voir votre air étonné, je crois qu’il est nécessaire de fournir des explications quant au comportement de ce robot, non ? C’est bien ce que je pensais. Bon alors je vais vous expliquer, Jack a lu un livre la nuit dernière, il s’est beaucoup amusé. C’était « Le Robot qui Rêvait » d’Isaac Asimov. Quel con ce type ! Et dire que dans ce bouquin ça parait génial de voir un robot rêver, quelle farce, la vrai surprise aurait été « Le robot qui ne rêvait pas » ! Enfin bref, les robots ça rêve, ça aime, ça dort et sa se met en colère de la même façon que le font les humains !
Il me semble utile de préciser que les robots sont indépendants, ils ne sont pas sous le joug des humains non plus (faut arrêter là). Non parce que la plupart des gens qui pensent aux robots trouvent normal qu’ils soient les esclaves de leurs créateurs. Tu lui rends service combien de fois par jour à ta mère toi ? Bon alors écrase tu veux ?

Ce soir là, Jack a conclu avec Léa (et oui ça aussi ils savent le faire). Et aujourd’hui ça fait quelques mois qu’ils sont ensembles.
Jack il est plutôt du genre mondain vous voyez, copain avec tout le monde. Bref le genre de type qu’on aime bien, que ce soit du coté humains ou que ce soit de celui des robots. Alors forcément il s’attache aussi aux gens. Parmi ces personnes qu’il a apprit à apprécier, une jeune robot, Lys, qui n’a pas plus de quinze ans. Ah ! Pardonnez mon étourderie, il est important que je vous précise que Jack va sur ses 31 ans ! Enfin bref, on ne va pas vous faire l’histoire en détail, Jack est amoureux de Lys.



Non, le problème qui se pose pour Jack n’est pas de savoir comment il va annoncer cela à Léa, vous n’y êtes pas. Non, la question qui lui trotte dans la tête, c’est de savoir si on peut aimer deux personnes en même temps, si cela ne va pas être pris comme je ne sais quelle perversion (et oui, les robots sont aussi bourrés de principes ridicules que les humains) et surtout comment se l’expliquer. Non parce que Jack est un robot élevé dans une famille respectable, son concepteur était un ingénieur renommé et à priori il n’y a pas de raison apparente à ce que ce robot sorte du rang en se mettant à avoir des sentiments pour deux être et dont l’un n’a même pas la moitié de son âge à lui (en plus !).
Je vous passerais les 18 mois de déprimes qui suivirent, où Jack tenta de vivre normalement, partageant son cœur entre deux jeunes robotes qui s’ignoraient l’une l’autre. Mais un jour ce fut trop pour lui, il décida de les quitter toutes les deux. Il se dit qu’il pourrait écrire le scénario pour un feuilleton télévisé, dans le genre des « Câbles de l’amour » ou encore dans celui de « Amour, Câble et Electricité ».
Mais au lieu de ça, il prit la route, roula loin, très loin, très très loin, et se planta bêtement sur un croisement, à cause de la fatigue il n’avait plus eu le réflexe de regarder à droite, il se fit embrocher par un camion citerne conduit par un humain qui n’était même pas un chauffard !
Jack fut enterré dans le caveau familial, car comme toute civilisation évoluée qui se respecte, on enterre les morts et on croit en la réincarnation de l’être entre deux séances de thalasso. Oui car je ne vous l’avais sûrement pas dit, mais les robots ne craignent pas l’eau, sauf dans les films à gros budget, mais ça c’est une autre histoire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pao
découvre l'art abstrait
découvre l'art abstrait
avatar

Nombre de messages : 655
Age : 48
Localisation : Sur le pont d'Avignon
Date d'inscription : 10/01/2006

MessageSujet: Re: Un autre histoire courte...   Mer 30 Aoû - 0:17

lool j'aime ce que tu fais, ça manque pas d'humour et on sent que c'est réfléchi. Si tu as beaucoup de petites histoires comme ça, je te conseille de créer un topic où tu pourrais toutes les réunir, j'ai fait la meme chose sauf que j'ai pris beaucoup de retard dans mes écrits
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maelwyss
A deux mains gauches
A deux mains gauches
avatar

Nombre de messages : 39
Age : 31
Localisation : Paris
Date d'inscription : 15/06/2006

MessageSujet: Re: Un autre histoire courte...   Mer 30 Aoû - 0:19

Merci du compliment Wink

D'accord j'en prend note, à partir de maintenant je mettrais toutes mes histoires courtes dans ce topic, ça évitera de charger le forum d'ailleurs en voici une sur la chose que j'aime le plus au monde :

Le capitaine Arguez est un militaire, un volontaire invétéré, un vétéran. Et puis il est capitaine, ça n’est pas rien quand même ! Mais capitaine de quoi ? Ah oui, bonne question….euh et bien je ne sais pas, enfin c’est un militaire, il est capitaine d’une armée surpuissante qui prend beaucoup de plaisir à écraser les armées moins surpuissantes que la sienne. Enfin bref, là n’est pas la question, de toute façon, je n’ai même pas posé de question (vous m’embrouillez !).
Comme je le disais, Arguez est un homme de terrain, il est proche de ses hommes (surtout quand ils ont peur au point de déserter, parce que c’est lui qui s’occupe personnellement des exécutions), toujours dans le feu de l’action, même si parfois il n’y a pas de feu…ni même d’action en y pensant bien ! Enfin bref, ce soir le régiment de Arguez va atterrir sur une planète pour se battre contre une armée surpuissante (encore une), cela promet d’être sanglant à souhait.

Ah ! Pardonnez mon éternelle étourderie, il me faut effectuer quelques précisions pour que les choses soient bien claires pour tout le monde. La guerre on a toujours trouvé ça très sympa, mais l’ennui c’est que la plupart du temps, dans la catégorie « dommages collatéraux », on y est bien placé lorsqu’on fait la guerre. Ca posait problème, d’ailleurs les Nations Unies gueulaient pas mal la dessus : après il fallait reconstruire, il fallait enterrer les morts et tout et tout ! Ca a même un peu ralenti les ardeurs de certains belligérants qui n’aimaient pas trop se faire taper sur les doigts par les Nation Unies (car c’est bien connu, mieux on est vu par les Nations Unies, plus on est libre de faire ce qu’on veut).
Et puis un jour un homme eut une idée : si on n’a pas le droit de se taper dessus chez soi, et ben on va faire comme au foot, on choisi un terrain de jeu et on règle nos comptes sur place (pas de coup de boule dans l’histoire, n’ayez crainte).

Voilà donc pourquoi Arguez et ses troupes débarquent sur cette planète. Ici pas de cartes postales, on s’est donné rendez-vous pour se taper dessus, et en plus les Nations Unies sont d’accord.

Les habitants ? Quels habitants ? Ah !!! Vous voulez dire, les habitants de la planète où ils vont se battre ? Et ben quoi ? Non mais attendez, on veut bien faire des efforts pour limiter les dégâts chez nous, mais on va peut-être pas non plus s’occuper de ce qu’il y a chez le voisin, chacun sa merde ! Et puis une guerre sans dommage collatéraux c’est une partie de Monopoly !

Donc la guerre eut lieu, avec de beaux observateurs des Nations Unies pour vérifier qu’il n’y avait pas de tricheurs. Arguez fut tué dans les règles, et chacun rentra chez soi.



Si l’on avance maintenant de 50 ans dans l’histoire, on se rend compte que le monde a vachement changé depuis le capitaine Arguez (ah ! si ! si ! vachement !). Regardez : on a étendu notre vision de l’univers : on a décidé d’intégrer de nouvelles planètes aux Nations Unies et une flopée d’historien ne cessent de crier au scandale quant aux guerres qui se déroulèrent sur diverses planètes, comme celle où le valeureux Arguez fut tué lâchement par exemple.

Alors pour se soulager un peu et parce qu’on trouve vraiment que c’est très mal de faire la guerre, et bien on commémore : c'est-à-dire qu’on s’habille en guerrier de l’époque, et on rappel bien à l’univers entier qu’on est quand même bien content d’avoir écrasé celui qui est maintenant notre voisin aux Nations Unies et qui s’insurge, avec nous, des guerres qui sont perpétrées sur des planètes membres, causant tant de dommages collatéraux, alors qu’il y a tant de planète non membres où s’expliquer.

Ah, c’est si beau la guerre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maelwyss
A deux mains gauches
A deux mains gauches
avatar

Nombre de messages : 39
Age : 31
Localisation : Paris
Date d'inscription : 15/06/2006

MessageSujet: Re: Un autre histoire courte...   Mer 30 Aoû - 2:16

Allez ! Cette nuit c'est inspirations, voici une autre histoire courtes, si ça vous dit :

Minuit et demi, H. est devant son ordinateur. Il écrit, encore. Cela fait plusieurs heures que la musique tourne en boucle : Hotel California, de la techno suédoise et un truc finlandais. Raa la Finlande, il irait bien y faire un tour s’il pouvait ! Il a déjà parié avec une amie qu’il parlerait finnois lorsqu’elle serait revenue de son année passée dans ce pays, en haut sur la carte. Mais quel con, en plus ils on parié un paquet de bonbons.
Faut pas être doué pour faire ce genre de paris alors qu’on sait très bien qu’on ne sera pas capable de le tenir. Parler finnois ! Alors qu’il rentre à la fac, section art plastique, il veut se la jouer linguiste ! Non mais quel con !

Déjà demain il monte sur Paris, la copine vient d’apprendre à ses dépends qu’on ne vend pas de carambars au caramel en Finlande, alors si il veut la revoir vivante un jour, il va devoir se la jouer sauveteur en mer et envoyer le stock de caramel par la poste (et les frais de port c’est pour qui ?). Ah, l’ordinateur annonce un mail, ah bah justement, puisqu’on en parle, c’est elle :

« Moi ! Mitâs kuuluu ? (bordel il est où le dico de chez Gibert ?)

Dépêches-toi pour les carambars, c’est la merde, ici on mange des sucreries bizarres, et puis les chewing-gums pareil, tu pourrais m’envoyer du sans sucre stp parce que là ça existe pas non plus.

Kiitos paljon ! (oh et puis tant pis pour le dico)

Heippa !

Irkku. »

À ce moment là, H ce dit que c’est dur d’aimer les gens. Il prend sa veste, enfile sa casquette mode « Gavroche » et sort pour prendre le train. Il ne sort pas sans ses trois morceaux du moment : Hotel California, Kärlenken Väntar et Boten Anna (si je le choppe ce dico il va passer un sale quart d’heure !).

Dans le RER, il est assis à coté de deux types qui énoncent chacun leur technique pour éviter les contrôleurs, les « ‘leurs » comme on dit sur la ligne D. Les piles du baladeur rendent l’âme au moment où le train arrive en gare. Bonjour Paris !

Bordel, où trouver des carambars au caramel dans cette ville ? Dans les grandes surfaces, H. ne trouve que des carambars fluo réputés pour faire piquer la langue au point qu’elle clignote dans le noir. On va peut-être pas traumatiser les finlandais tout de suite, d’accord ?

Au bout de quatre heures à déambuler boulevard Saint Honoré, H. achète cinq paquet au LIDL de la rue de Vaugirard. Il faut maintenant aller au bureau de poste pour envoyer tout ça dans le nord !

À la poste, un seul guichet d’ouvert, 18 clients, 45 minutes d’attente. Lorsque vient le tour de H., on change de guichetière, 20 minutes.

« Bonjour Monsieur, que puis-je pour vous ?
- Bonjour, je voudrais envoyer ça en Finlande.
- C’est des médicaments ?
- Euh non c’est des carambars.
- Denrée périssable ?
- Fondable et fondante !
- Je vous demande pardon ?
- Non laissez…

- Bien. Ces sera quelle formule ?
- Euh, celle qui arrive à l’adresse indiquée ?
- Vous faites de l’esprit ?
- Non, du jogging.
- Je vous demande pardon ?
- Non laissez…
- Bon alors, quelle formule ? Colissimo suivi, recommandé, assuré, sécurisé, fourgon blindé ?
- Oh… Vous savez ce sont des carambars, je ne vais peut-être pas faire appel à l’armée pour 1,5 kg de caramel ! Prenez au plus simple.
- Bien ça vous fera donc 18 euros et 70 centimes
- ….
- Monsieur ?
- C’était combien le fourgon blindé ?
- …Vous paierez en chèque, carte bleu, espèces ? »

En sortant, H. compris que ce n’était pas seulement dur d’aimer les gens, c’était aussi dur de se foutre d’eux. Et ce baladeur qui ne fonctionnait plus, ce sera quoi cette fois dans le train, comment décoller toutes les affiches de la rame ou bien comment voir arriver les flics quand on se roule un pétard ?

Chez lui, H. reçoit un mail, directement de Finlande :

« Moi ! Mitâs kuuluu ? (ah ! enfin voilà le dico !)

C’est plus la peine de t’embêter, j’ai trouvé mieux que les carambars, je t’en ramènerais en rentrant (tu comprends avec les frais de port). C’est vraiment bon. Allez je te laisse, je vais me baigner dans un sonna à 35°C en regardant la neige tomber !

Heippa !

Irkku. »


(Bordel, comment on dit même pas mal en finnois ?)


----------------------------------------------

Mie tykkään tosi paljon sinusta Irkku enkeli !!! Se on Irkku joka keksi tään nikin elikkä, ei valituksia, tai muuten teette ne vaan sille !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pao
découvre l'art abstrait
découvre l'art abstrait
avatar

Nombre de messages : 655
Age : 48
Localisation : Sur le pont d'Avignon
Date d'inscription : 10/01/2006

MessageSujet: Re: Un autre histoire courte...   Dim 3 Sep - 12:44

J'aime bien le coté satirique de ta seconde histoire sur la guerre ^^. Pour la troisième, j'adore le dialogue avec la guichetière, dommage qu'il ne soit pas plus long ^^. En tout cas y'a un joli mélange des registres, et des formules accrocheuses du style "à la mode Gavroche". Continue donc ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un autre histoire courte...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un autre histoire courte...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» une autre histoire
» Je dormais dans une autre histoire... musiqué. (Denaves/Le Noir)
» Histoire courte
» Petite histoire courte ...
» Histoire courte pour toutes et tous !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Krea-Myth, vivez, creez :: Elegance :: L'art en général :: Les écritures-
Sauter vers: