Krea-Myth, vivez, creez

Forum sur la création
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Une vie... (ou l'histoire d'un chevalier d'Athena)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Jubé
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2090
Age : 41
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 08/01/2006

MessageSujet: Une vie... (ou l'histoire d'un chevalier d'Athena)   Ven 24 Fév - 2:28

Voila, j'ai commencé hier une fanfic sur Saint Seiya (les chevaliers du zodiaque en France) que je voudrais vous faire partager! Le point de vue est différent du manga car il est personnel! J'ai adapté et traffiqué pour faire une histoire cohérente (ce qui n'est pas forcément le cas dans le manga^^) et les puristes risquent de me lyncher mais c'est pas grave! j'assume!

Citation :
Enfin seul…
Les larmes commençaient à couler le long de mes joues mais ça n’avait plus d’importance, je n’avais plus à les cacher à personne. Car ils étaient tous morts.

Je marchais dans la rue glacée, le vent battant mon visage et rendant ma progression difficile par moment. Mais plus rien n’avait d’importance ; ni la pluie qui ruisselait sur moi, ni le froid qui engourdissait mes membres. Seule l’envie de repos me tenait à cœur. Seiya, Hyoga, Shiryu… et Ikki… mes frères… Tous avaient péri et m’avaient laissé seul face à ma peine. Qui était cette déesse qui nous avait poussés si longtemps à nous battre pour elle ? Qui était cette chienne qui avait fait de nous ses pantins et menés à une guerre perdue d’avance et qui ne nous concernait pas ?

Un choc dans l’épaule me déstabilisa et me fit sortir de mes tristes pensées un instant.
-Désolée !
La femme avait dit cela en courant toujours pour se mettre à l’abri, elle et l’enfant qu’elle tenait par la main.. Le petit garçon riait de se trouver mouillé et la femme le regardait avec tant d’amour dans les yeux.
C’est à ce moment précis que je décidai de raconter mon histoire, de la coucher sur papier pour m’en débarrasser comme on quitte un manteau froid et mouillé. Je rentrai immédiatement chez moi et m’installai devant mon ordinateur portable pour commencer à écrire l’histoire, mon histoire, celle d’un chevalier d’Athéna…

Au début de ma vie, j’étais un enfant heureux. Nous vivions avec mon père, ma mère et mon grand frère dans une jolie maison. J’allais à l’école, j’avais des amis. Tout nous souriait. Mon père avait une bonne situation dans une usine qui fabriquait des éléments destinés à la confection de magnétophones et surtout, il avait participé à l’innovation du moment, le magnétoscope qui devait révolutionner la télévision. Nous avions de l’argent et ma mère n’avait pas besoin de travailler, elle pouvait ainsi s’occuper d’Ikki et moi à plein temps.
Tout était au mieux, jusqu’au jour ou mon père eut un terrible accident à l’usine.

Nous n’étions plus que trois.
Ma mère devait se charger de tout à la maison car Ikki et moi étions trop jeunes pour l’aider, même quand nous faisions de notre mieux, ça n’était jamais assez et nous mettions souvent maman en colère.
Le soir, il m’arrivait de vouloir la rejoindre dans sa chambre car j’avais fait un cauchemar, et souvent, je la surprenais, couchée sur le ventre, la tête enfoncée dans l’oreiller, qui tentait de masquer ses sanglots. Alors je refermais la porte lentement et la laissais seule.
La mort l’emporta l’été suivant celle de papa. Monsieur le curé nous avait dit qu’elle était morte de chagrin.
J’avais quatre ans et mon frère, six lorsque nous devînmes orphelins.
Comme nous étions trop jeunes pour nous occuper de nous même, ma tante devint une mère de substitution durant quelques mois.
Elle était une femme désinvolte et égoïste. Elle s’était mariée à deux hommes argentés et avait divorcé autant de fois, enflant ainsi son compte en banque de jolies sommes.
Lorsqu’elle comprit que nous serions un fardeau pour elle, ce qui ne mit que trois mois, elle nous appela dans le salon pour nous dire ce qui changea le cours de nos vies à tous deux :
-Shun, Ikki, j’ai quelque chose de très important à vous dire. Je ne veux plus m’occuper de vous. Ne me regardez pas comme ça, vous avez bien compris ce que je viens de dire !
-Mais, ma tante…
-Ne m’appelle pas ainsi ! dit-elle, se levant calmement pour s’appuyer sur le rebord de la fenêtre ouverte. Elle regardait la rue où défilaient les voitures et les passants. S’égrainant comme un compte à rebours vers l’inexorable vérité. Elle prit une grande respiration et se tourna à nouveau vers nous.

-Je ne suis pas votre tante. Votre mère n’était pas votre mère et votre père n’était pas votre père.
Le choc de la nouvelle fut rapidement remplacé par l’incrédulité puis l’incompréhension.
-Vous avez été adoptés. Vos parents ne pouvaient pas avoir d’enfant, ils vous ont donc pris à une femme mourante en échange d’argent qui lui permettrait peut être de survivre à sa maladie quelque temps de plus. Ils vous ont élevé comme si vous étiez d’eux, en vous cachant la vérité pour votre bien. Je leur avais toujours dit de tout vous raconter car un jour vous apprendriez la nouvelle et ce serait terrible. Ce jour est venu.

Elle se tut quelques instants et nous dévisagea. Un instant, je crus voir que ses yeux s’embrumaient et je pensai à ce moment qu’elle avait de la peine pour nous et qu’elle allait nous prendre dans ses bras. Mais je me trompais, je le comprends maintenant, elle ne pleurait pas de tristesse, mais de joie, d’un bonheur malsain et écœurant.
-Un homme est venu me voir hier, un homme de la fondation Graad. Vous ne savez certainement pas ce que c’est et ça n’a pas d’importance pour le moment. L’important est qu’il m’a proposé une somme d’argent… une très grosse somme…
Elle se retourna à nouveau pour sourire.
-Je dois vous emmener demain à la fondation… préparez vos affaires.


Les commentaires sont bienvenus^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://molokodriver2leretour.over-blog.com/
tony
n'est plus sorti de chez lui depuis 1992
n'est plus sorti de chez lui depuis 1992
avatar

Nombre de messages : 574
Age : 36
Localisation : paris-93-94............................
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Une vie... (ou l'histoire d'un chevalier d'Athena)   Ven 24 Fév - 8:19

moi j aime bien ton histoire ,elle est tres bien ecrite ,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bebopnoun
Modo
Modo
avatar

Nombre de messages : 1454
Age : 39
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Une vie... (ou l'histoire d'un chevalier d'Athena)   Ven 24 Fév - 10:55

Bon ben je te déteste.... Wink
Trêve de conneries et autres galéjades, le style est bon (je trouve qu'il correspond bien à l'image que j'ai de toi ^^ ) et le postulat de départ est également super intéressant.
Puis c'est tellment mieux de se réapproprier un univers que de le laisser dans son carcan 😉
Donc vivement la suite

_________________
Sway va à gobelins, c'est un ordre !!! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jubé
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2090
Age : 41
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 08/01/2006

MessageSujet: Re: Une vie... (ou l'histoire d'un chevalier d'Athena)   Ven 24 Fév - 14:38

Citation :
La chambre était minuscule et sombre car les stores étaient baissés. Nous entendions des voix sourdes venant de derrière les murs, des chuchotements, des rires étouffés. Le grand homme chauve nous avait séparé Ikki et moi dès notre entrée dans l’immense bâtiment. Il avait dit à Ikki d’aller voir le médecin pour passer une visite médicale dans la pièce à gauche du hall d’entrée.
L’homme et moi avions parcourus le long corridor aux murs grisés par le temps et le manque d’entretien flagrant. Certains pans étaient très sales et une tache sur l’un d’eux me donna la chair de poule. Je crut distinguer une tache… de sang.
Il faisait froid dans le couloir malgré la chaleur extérieure de ce bel été. Tout le long de notre procession, des portes s’entrouvraient timidement pour laisser entrevoir de petits visages tantôt effrayés, tantôt malicieux, parfois hilares. Mais toujours lorsque je voulais croiser les regards, les portent se refermaient dans un petit claquement sec.
Nous arrivâmes bientôt à la porte ouverte qui n’attendait que nous.
-Ceci est ta chambre. Tu devras te lever à six heures et te coucher à vingt heures. Les repas sont servis au réfectoire à six heures trente, midi et dix huit heures trente. Aucun retard n’est toléré. Le matin, tu suivras des cours et l’après midi sera destinée au sport. Si tu es gentil, nous le serons aussi, mais si tu ne l’es pas…
L’homme frappa alors le creux de sa main avec le poing d’un air nonchalant mais tellement chargé de sens que je baissai les yeux, effrayé. Je sentais les larmes monter mais je ne voulais pas que cet homme les voie, c’est pourquoi je baissai un peu plus la tête, regardant nerveusement mes pieds.
-Je suis l’intendant de cette fondation, si tu as besoin de quoi que ce soit, demande-moi…
Il approcha son gros visage du mien qu’il prit dans sa main immense pour le relever. Il esquissa alors un sourire et ajouta :
-Je me ferai un plaisir de te corriger si tu estimes avoir besoin de quoi que ce soit ici…
Il lâcha alors mon visage endolori par la poigne de fer et se tourna vers la porte. Il fit quelque pas pour sortir et se tourna à nouveau vers moi au moment de franchir le pas de la porte :
-Je m’appelle Tatsumi… N’oublies pas ce nom, petit.
Et il disparut dans le couloir.

Je me retrouvai ainsi seul dans ce lieu inconnu. Je voulu ouvrir le store mais la ficelle était trop courte pour que je puisse l’atteindre. Je m’assis donc sur le lit et me mis à sangloter.
-Calme-toi Shun.
La voix était celle d’Ikki. Je levai les yeux et le vis dans l’encadrement de la porte. Son visage était tuméfié mais il souriait pourtant. Il s’approcha de moi et me prit les mains. Il s’accroupit alors et me dit :
-Tout va changer, maintenant. Ce sera dur, tu sais. Mais je serai la pour t’aider.
-Ikki, ton visage…
-Ca n’a pas d’importance…
-C’est le docteur qui t’a fait ça, hein !
Je regardai à nouveau la porte pour voir qui avait dit ça. Une tête d’enfant dépassait et nous souriais. Je n’avais jamais vu un tel visage. La peau était de cire et ses cheveux étaient gris comme la cendre. Il avait des yeux noirs à la pupille étrangement large, masquant pratiquement tout le blanc de l’œil.
Il se décida enfin à entrer. Il avait une démarche étrange car il ne se tenait pas droit. Son dos courbé et son extrême maigreur laissaient deviner qu’il avait grandi bien trop vite.
-Le docteur est un salaud… tu n’a pas voulu qu’il te déshabille, c’est ça…
-Tais-toi ! l’interrompit Ikki avec un regard de détresse qui signifiait qu’il ne voulait pas que j’entende la suite.
-Je m’appelle Ichi. Et toi tu dois être Ikki.
Et en se tournant vers moi :
-Toi, tu es Shun. Tu sais que tu es le plus jeune d’entre nous! Bienvenue en enfer, tous les deux.
Et il me sourit.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://molokodriver2leretour.over-blog.com/
pao
découvre l'art abstrait
découvre l'art abstrait
avatar

Nombre de messages : 655
Age : 48
Localisation : Sur le pont d'Avignon
Date d'inscription : 10/01/2006

MessageSujet: Re: Une vie... (ou l'histoire d'un chevalier d'Athena)   Ven 24 Fév - 19:02

Tu sais ce que j'en pense ( tu le sais non ? ) lol

C'est vrai qu'il y a tellement eu de fanfic sur saint seiya qu'on sait plus trop comment rendre une fanfic originale. En tout cas tu as su trouver le bon chemin surtout quand on sait que Shun est l'un des personnages centrals de saint seiya, ça peut te laisser des idées de péripéties. En tout cas je te fais confiance t'es un bon ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tony
n'est plus sorti de chez lui depuis 1992
n'est plus sorti de chez lui depuis 1992
avatar

Nombre de messages : 574
Age : 36
Localisation : paris-93-94............................
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Une vie... (ou l'histoire d'un chevalier d'Athena)   Ven 24 Fév - 21:15

oui tu es excellent ,c est vrai que c est rare de nos jours de trouver une bonne fanfic ,donc bravo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jubé
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2090
Age : 41
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 08/01/2006

MessageSujet: Re: Une vie... (ou l'histoire d'un chevalier d'Athena)   Sam 25 Fév - 0:47

Citation :
Les jours suivants furent mornes et tristes. Ils se succédaient, tous les mêmes, longs, pénibles… Les cours étaient ennuyeux et la discipline de fer. Les coups pleuvaient sur nous à a chaque incartade, si l’on pouvait nommer ainsi le fait de ramasser sa règle sur le sol ou encore adresser un sourire à un camarade.

Mes amis, justement, étaient peu nombreux. Etant le plus jeune, les autres garçons me voyaient avec le regard de l’indifférence voire parfois du mépris. Il leur arrivait souvent de me corriger aussi, certainement une manière pour eux de se venger des maltraitances que les adultes leur faisaient subir. Mais mon frère était toujours là pour me défendre.
Un soir pourtant, où il avait été puni sévèrement pour avoir refusé de manger une pomme véreuse, Ikki avait du se coucher plus tôt, affligé par la douleur des coups de bâton. Je me retrouvai donc seul.
C’est ce moment que choisirent Jabu et Ban pour venir me voir :
-Hey, le minus ! Viens un peu par ici ! dit Jabu.
Il était assez fin et ses cheveux roux lui donnaient un air maladif. Il avait les joues couvertes de taches de son qui le rendaient détestablement mignon auprès des adultes et lui évitaient souvent les colles.
Ban quant à lui, était un grand gaillard un peu gras. Tout le monde savait que c’était un nigaud mais personne n’osait le lui dire, à part Geki, bien sur, un autre garçon encore plus fort que lui.
Je m’approchai d’eux, le regard vers le sol car je savais ce qui allait m’arriver sans Ikki pour me protéger.
-Pourquoi regardes-tu le sol comme ça ? Quand je te parle, regardes moi dans les yeux !
Il attrapa alors mon visage à pleine main pour le relever.
-Tu es seul ? Ton grand frère n’est pas là pour te protéger, cette fois.
Il souriait d’un air insolent et fier. Il tourna alors la tête vers son ami :
-Ban, occupe-toi de lui !
Le géant s’approcha de moi d’un pas lourd mais décidé.
Soudain, quelqu’un se mit à applaudir derrière moi :
-Bravo ! Quel courage ! S’en prendre, à deux, à un petit !
Je me tournai vers le nouveau venu. Je ne le connaissais pas. Il avait des cheveux blonds qui tiraient sur le blanc et le teint mate de ceux qui vivent au bord de l’eau ou qui passent tout leur temps au soleil.
-Qui es-tu, s’enquit Jabu, irrité par son interruption.
-Je m’appelle Hyoga. Et si tu touches à un seul de ses cheveux, tu t’en mordras les doigts, carotte !
Il dit ça en croisant les bras d’un air de défi. Malgré sa petite taille, son assurance sembla troubler Jabu qui tourna le dos et se retira non sans ajouter une menace finale :
-Tu seras seul un jour, et ce jour la, tiens-toi prêt, avorton !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://molokodriver2leretour.over-blog.com/
Jubé
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2090
Age : 41
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 08/01/2006

MessageSujet: Re: Une vie... (ou l'histoire d'un chevalier d'Athena)   Sam 25 Fév - 12:14

Citation :
Il était déjà tard quand j’arrêtai d'écrire. Mon écran était rempli de lettres, de mots… Mes souffrances étaient réduites à des paragraphes, des phrases… J’ignorais si je parvenais à tout retranscrire mais je savais que cela me faisait du bien. C’était la première fois que je parlais de tout ceci. La fondation était un sujet tabou entre Ikki et moi. Nous n’en parlions jamais, peut-être par un désir commun d’oublier. Mais je ne pouvais pas oublier.
A nouveau, ma gorge se serra à la pensée de mon frère.
Je me levai et me rendis à la cuisine ou je sortis un jus d’orange du réfrigérateur. Je le bus d’une traite et allai dans le salon pour regarder un peu la télévision. La télécommande dans la main, je passais d’une chaîne à une autre. Une femme voulait me vendre des bijoux, une autre m’annonçait un dessin animé dans quelques minutes, une publicité, deux publicités, un film… Rien de bien intéressant pourtant, je m’arrêtai sur une chaîne d’information car mon œil avait été attiré par un visage connu. Le visage de la chienne. Saori Kido.
Que faisait-elle à l’écran ?
Bien sur, après ces évènements tragiques, il fallait bien communiquer, justifier… tous ces morts, ces bâtiments détruits.
-Mlle Saori Kido, dirigeante de la très célèbre Fondation Graad se trouve actuellement sur les lieux pour réconforter les victimes. Mais laissons la s’exprimer.
Elle se tenait la, debout au milieu des décombres, telle une poupée de porcelaine protégée sous une cloche de verre. Elle portait sa plus belle robe comme s’il s’était agit du bal du gouverneur. Mais des gens étaient morts, bon Dieu ! Comment pouvait-elle parader ainsi, le sourire aux lèvres et nous dire que tout allait bien…
-Merci. Je tenais à vous dire que je suis très affectée par tout ce qui vient d’arriver. Des gens ont péri ou ont perdu des proches ou tout ce qu’ils possédaient. Mais je vous assure que tant que je vivrai et que la Fondation Graad existera, ce genre d’évènement ne se reproduira plus jamais. Les terroristes responsables seront arrêtés et punis pour leurs actes. J’en fait le serment devant vous.

Je croyais rêver. Des terroristes ? Qui pourrait croire à une telle énormité ? Pourtant, j’étais en moi-même convaincu que ce mensonge serait accepté de tous car qui aurait pu penser que cet ange de beauté n’était en fait qu’un despote hystérique, une meurtrière.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://molokodriver2leretour.over-blog.com/
Jubé
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2090
Age : 41
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 08/01/2006

MessageSujet: Re: Une vie... (ou l'histoire d'un chevalier d'Athena)   Dim 26 Fév - 1:20

Citation :
Un soir ou nous avions assisté à une séance de sport plus éprouvante que d’habitude et ou nous n’avions envie que de dormir, nous fument tous convoqué dans la cour arrière. Il faisait froid dehors et nous nous tenions debout à attendre depuis une demi-heure quand Tatsumi apparut enfin, tenant par la main une fillette.
Nous nous tûmes tous aussitôt.
-J’aimerais vous présenter quelqu’un. Voici Saori, elle est la petite fille de Monsieur Kido et vivra dorénavant à nos cotés. Vous lui devrez respect et obéissance.
La petite fille était revêtue d’une robe très ouvragée à la manière des marquises française ce qui fit rire l’assemblée, car un tel costume était totalement inapproprié.
Saori retira aussitôt le sourire de circonstance qu’elle avait emprunté pour le remplacer par une mine renfrognée :
-Toi, le petit !
Elle me montra du doigt et je la regardai fixement.
-Baisse les yeux quand je t’adresse la parole. Pourquoi ris-tu ?
Sa question n’attendait manifestement pas de réponse puisqu’elle continua :
-Je vais t’apprendre à te moquer de moi. Tatsumi, corrige-le.
Tatsumi s’approcha de son pas lourd et voulu me prendre par les cheveux quand Ikki s’interposa entre nous :
-Monsieur, Shun riait car je m’étais moqué de la robe de Saori !
Un silence pesant s’installa, les autres nous dévisageaient avec peur et respect. Jabu, quant à lui, ricanait car il savait bien ce qui allait se passer. Et il avait raison.
-En premier point, tu ne l’appelleras jamais par son prénom, pour toi, elle sera toujours Mlle Kido ! Et ainsi donc tu te moquais de ta bienfaitrice. Vous serez donc punis tous les deux !
Mademoiselle ?
La fillette s’approcha et ne nous adressa même pas un regard.
-Il me semble que ces deux la sont inséparables, c’est ça ?
Tatsumi acquiesça.
-Et bien c’est ce que nous verrons.
Le soir même, nous étions enfermés chacun dans nos chambres respectives après avoir été battus comme plâtre avec interdiction formelle de nous adresser la parole jusqu’à nouvel ordre.
Le lendemain, Ikki était envoyé pour une semaine à la campagne ou on devait « lui apprendre le respect »…
Il revint le dimanche, épuisé, sale et blessé en mille endroits.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://molokodriver2leretour.over-blog.com/
Jubé
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2090
Age : 41
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 08/01/2006

MessageSujet: Re: Une vie... (ou l'histoire d'un chevalier d'Athena)   Dim 26 Fév - 20:45

Citation :
Nous avions coutume de nous retrouver le soir dans la chambre de Seiya pour bavarder et nous détendre un peu. Ces moments étaient importants pour nous car ils représentaient les seuls instants de répit que nous pouvions nous offrir. Bien sur, nous devions faire ça avec discrétion car si l’intendant avait appris l’existence de nos petites réunions, il y aurait mit fin immédiatement et nous aurions sans doute été sévèrement punis. Mais il ne fut, fort heureusement, jamais au courant.
Ce soir là, Seiya avait quelque chose d’important à nous révéler et il avait convoqué l’assemblée de la manière habituelle, avec de petits mots glissés dans nos chaussures de ville durant la séance de sport de l’après midi.
J’arrivai en dernier à sa chambre car Tatsumi rodait dans le couloir, discutant avec madame Okida, notre professeur de langues. Il flirtait avec elle de manière éhontée. Ce spectacle dégoûtant pris fin lorsqu’une bagarre éclata dans une chambre voisine.
Je pus alors me glisser par la porte que je refermai sans bruit et me rendit à pas feutrés vers la chambre de Seiya.
Ils étaient déjà tous là; Ikki, Seiya, Hyoga et Shiryu, assis sur les lits jumeaux ou à même le sol.
-Enfin te voilà, dit Ikki, j’ai eu peur qu’il ne t’arrive quelque chose.
-Excusez-moi, j’ai été retardé…
Seiya prit alors la parole :
-J’ai une terrible nouvelle à vous raconter. Aujourd’hui, quand j’ai été convoqué au bureau de Tatsumi, j’ai surpris une conversation dans la salle des professeurs qui m’a alarmé. Je n’en ai pas entendu l’intégralité mais je vais vous raconter ce qu’ils se disaient. Apparemment, demain est un jour particulier car il y aura un tirage au sort…
-Un tirage au sort ? intervint Shiryu. Comme une loterie ?
-J’ai bien peur que non car la nouvelle avait l’air de tous les réjouir. J’ai cru comprendre que ce tirage avait nos vies pour enjeu… J’ai entendu des noms d’endroits, de personnes que je ne connaissais pas mais ils étaient tous effrayants ; l’île de la mort, le grand Nord… J’ai peur que l’on nous sépare tous…mais je n’en sais malheureusement pas plus…
Il se tut alors pour nous laisser comprendre l’ampleur de cette nouvelle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://molokodriver2leretour.over-blog.com/
pao
découvre l'art abstrait
découvre l'art abstrait
avatar

Nombre de messages : 655
Age : 48
Localisation : Sur le pont d'Avignon
Date d'inscription : 10/01/2006

MessageSujet: Re: Une vie... (ou l'histoire d'un chevalier d'Athena)   Dim 26 Fév - 23:20

je vais me repeter lol mais c'est du joli travail ^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jubé
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2090
Age : 41
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 08/01/2006

MessageSujet: Re: Une vie... (ou l'histoire d'un chevalier d'Athena)   Lun 27 Fév - 16:00

Citation :
Tatsumi se tenait derrière un parloir, il avait revêtu un costume marron que nous ne lui connaissions pas et paraissait presque élégant, malgré sa laideur et ses manières de rustre. Le micro devant lui était allumé et nous l’entendions respirer. Il se racla la gorge et dit :
-Le moment est venu de vous révéler quelque chose d’important. Vous vous doutez bien que votre existence ici n’a pas été vaine. M. Kido n’aurait pas perdu tant d’années et d’argent pour vous élever sans un but bien précis. Ce but va vous être révélé par lui-même. Applaudissez M. Kido.
Quelques applaudissements timides se firent entendre lorsque M. Kido, vieil homme barbu apparut dans son kimono d’apparat. Il remercia Tatsumi d’un signe de tête et prit la parole à son tour :
-Les chevaliers d’Athéna… Vous n’en avez sûrement jamais entendu parler, pourtant, c’est ce que j’attends que vous deveniez. Il existe dans notre monde des forces que vous ne soupçonnez pas, des pouvoirs terrifiants pour les simples enfants que vous êtes.
Athéna est la déesse de la guerre, elle a sous ses ordres de multiples chevaliers classifiés en diverses catégories ; les chevaliers d’or, les plus puissants et ses plus fideles serviteurs, les chevaliers d’argent et pour finir, les chevaliers de bronze. J’ai moi-même tenté, il y a plus de cinquante ans d’obtenir une de ces armures que l’on dit magiques. Malheureusement, la vie et ses aléas ont fait que je n’ai pu l’obtenir. Mais je n’ai jamais pu me résoudre à abandonner cette idée. C’est pourquoi j’ai ouvert la fondation Graad. Elle avait pour but de recruter des enfants et les envoyer récupérer ces armures à mon compte.
C’est pour cela que je vous ai fait réunir aujourd’hui, car il est temps que vous me payiez votre tribut en partant dans le monde à leur recherche.
Vous voyez à mes cotés une urne. Dans celle ci se trouvent des papiers sur lesquels sont inscrites les nombreuses destinations ou les armures se trouvent. Vous piocherez chacun un papier et vous rendrez ce soir même à l’endroit indiqué.
Je vous ai toujours nourri et logé, vous devez en être reconnaissant. Vous ferez de votre mieux pour récupérer ces armures, je le sais. Merci de votre attention.
Le vieil homme descendît de l’estrade et Tatsumi nous lança un regard réprobateur à tous. Nous applaudîmes donc.
Puis nous fîmes la queue pour atteindre l’urne. J’étais complètement désorienté. L’idée de quitter cet endroit affreux me rendait plein de joie mais je ne concevais pas de pouvoir quitter mon frère et mes amis. Ikki se tenait derrière moi et pausa une main solide sur mon épaule :
-Ne t’inquiètes pas, nous serons réunis à nouveau très bientôt…
-Oran, Algérie.
Jabu tenait son papier dans les mains et le fixait, le regard plein de rêves et l’esprit emplis des contes des mille et une nuits.
Shiryu a son tour tira un papier sur lequel était écrit « Cinq Pics, Chine » et tous, les uns après les autres firent de même. Geki devait partir dans les Rocheuses au Canada, Seiya à Athènes, en Grèce…
Et mon tour vint enfin. J’étais nerveux quand ma main pénétra l’urne de bois. Je senti le morceau de papier et l’attrapai. Je l’ouvris et lu à voix haute :
-Ile de la mort.
-Eh bien petit, dit Tatsumi, on ne peut pas dire que tu sois chanceux !
Il ricanait.
-Connais-tu l’île de la mort ? Elle est située dans la Pacifique près e l’équateur. On raconte que c’est l’enfer sur terre. Le peu d’hommes qui en sont revenus vivants n’étaient plus les mêmes. Leur âme avait été lacérée et réduite en lambeaux.
-Cette description me plait, laissez moi m’y rendre à sa place !
C’était Ikki. Il passa devant moi et se tint fixement devant Tatsumi d’un air de défi, les poings serrés.
-Comment oses-tu ? hurla Tatsumi en brandissant un poing vengeur.
-Taisez-vous, homme stupide !
A ces mots, on entendis dans l’assemblée des chuchotements de surprise et de peur. La tension était à son comble et chacun attendait de voir ce qui allait se passer. Mais Ikki reprit la parole plus calmement :
-Si vous voulez récupérer cette armure, ce n’est pas en envoyant Shun que vous y parviendrez. Vous voulez cette armure, n’est ce pas ?
Il ne s’adressait plus à Tatsumi mais à M. Kido lui-même qui lui répondit :
-Tu es un effronté, petit. Mais un effronté qui dit juste. Ton frère est trop faible pour se rendre la bas, il serait tué la première semaine. Ainsi tu partiras pour l’Ile de la mort à sa place.
Je dut donc tirer un second papier : Ile d’Andromède.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://molokodriver2leretour.over-blog.com/
Jubé
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2090
Age : 41
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 08/01/2006

MessageSujet: Re: Une vie... (ou l'histoire d'un chevalier d'Athena)   Mer 1 Mar - 16:41

Citation :
Je voyais s’éloigner ce bâtiment que j’avais tant haï durant ces deux longues années et je ressentis un pincement au cœur. On dit que les prisonniers finissent toujours par s’attacher à leur cellule, c’est peut être vrai…
Je ne voulais penser à rien. Le vrombissement du car qui m’emmenait couvrait tout. Il y avait d’autres personnes à l’intérieure, des visages que je n’avais jamais vus. Je ne pensais pas un jour avoir tant peur de l’inconnu. Que pouvait-être cette Ile d’Andromède ?
Le car me déposa à l’aéroport ou une hôtesse de l’air m’entoura le cou d’une ficelle ornée d’une étiquette ou mon nom et ma destination étaient inscrits. Elle me fit asseoir gentiment et m’apporta un verre de soda avec un petit jouet.
Un jouet, je n’en avait pas vu depuis si longtemps. Depuis que papa et maman… Et je fondis en larmes. J’étais totalement seul, même Ikki n’était plus là.
Le petit pantin de plastique que je tenais entre les mains m’occupait l’esprit. C’était un chevalier avec une armure, une lance, un bouclier et une plume sur la tête. Un chevalier… je me pausais mille questions sur ces mystérieux chevaliers d’Athéna. Qui étaient-ils ? Et en quoi cela pouvait-il me concerner de près comme de très loin ? Je ne trouvais pas de réponse à mes questions et le pantin se battait contre ma main, il donnait des coups d’épée, se protégeait comme il pouvait mais il finissait toujours par perdre. Car j’étais le plus fort, c’était ce que m’avait dit Ikki avant de partir.
C’est à ce moment que je décidai de revenir vainqueur de cette épreuve, je ramènerais cette fichue armure, quel que put en être le prix. Et je retrouverais mon frère.
Mais je n’eut guère de temps pour penser à tout ça car je fus appelé pour monter dans l’avion. C’était un petit avion privé de la fondation dans lequel je prit place. J’y étais installé seul, personne autour de moi à qui parler, même l’hôtesse était absente, sans doute en cabine avec le capitaine.
Le voyage me parut durer des heures mais quand l’hôtesse annonça dans le micro que l’île d’Andromède était en vue, je regrettais qu’il fut si court.
Je regardai par le hublot et n’aperçu d’abord que de l’eau à perte de vue puis-je vis un point noir qui obscurcissait l’eau. Ce point grossit pour devenir une tache de quelques centimètres. Je distinguais des montagnes ou plutôt des volcans. De l’un d'eux s’échappait une épaisse fumée noir qui parvenait jusqu’à notre hauteur, me masquant parfois la vue. Il n’y avait pas ou peu de végétation et seulement quelques bâtiments, près d’un lac noir.
Enfin, l’avion atterrit.
Il n’y avait pas d’aéroport, seulement une petite piste qui se terminait dans l’océan et un petit hangar. Lorsque je sortis de l’appareil, je fus immédiatement saisi par la chaleur étouffante qui régnait en ces lieux. Je n’avais jamais ressenti un tel mal être, ma respiration était devenue difficile et éprouvante.
Un homme m’attendait là :
-Tu es Shun, c’est bien ça ? Suis-moi, je vais te montrer tes quartiers.
L’homme était assez jeune, plutôt grand et solidement bâti. Ses épaules larges et sa taille fine devaient le rendre plaisant aux yeux des femmes. Ses cheveux blonds retombaient sur son visage hâlé en une mèche soigneusement décoiffée et il avait de grand favoris qui lui tombaient sur les joues. Il était habillé assez chichement, un jean, des baskets et un T-shirt marron.
-Je m’appelle Daidalos. Bienvenue sur l’Ile d’Andromède, mon élève. Je serai ton maître en ces lieux.
-Monsieur ? demandai-je timidement
-Désormais, tu m’appelleras Maître, si tu veux bien.
Et il me sourit.
Cela faisait tellement de temps qu’un homme ne m’avait pas souri que je l’aimai immédiatement comme un fils aime son père.
-quel est cet endroit ? Que suis-je venu y faire ?
-Tu es bien jeune, il est vrai, pour comprendre tout ceci. Sache que tu n’es pas le seul élève ici, vous serez trois en tout. Vous apprendrez à vous battre à mes coté, je vous enseignerai tout ce que je sais de la vie et de la mort…
-Nous battre ?
-Oui, car tu es entré ici comme le gladiateur entre dans une arène et il te faudra le comprendre rapidement si tu ne veux pas y laisser la vie. Reda et Spika, mes autres élèves, ne te feront pas de cadeau. Ils ont compris les enjeux de cette épreuve et sont ici depuis suffisamment de temps pour connaître la rigueur de la vie sur cette île et de mon entraînement. Ils sont prêts à tout pour obtenir l’armure d’Andromède.
-L’armure d’Andromède ? C’est donc ça que je suis venu chercher ?
Nous arrivâmes à un petit bâtiment fort mal bâtit. Le toit ne tenait que par miracle sur des poutres mal agencées. Mais ce coin d’ombre, en ces lieux si accablants de chaleur me parut un eden.
-Reposes toi, le voyage a été long. Demain, je viendrai te chercher pour débuter l’entraînement.
Et il me laissa seul.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://molokodriver2leretour.over-blog.com/
bebopnoun
Modo
Modo
avatar

Nombre de messages : 1454
Age : 39
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Une vie... (ou l'histoire d'un chevalier d'Athena)   Mer 1 Mar - 16:53

Que du bon, ça se met bien en place et Shun ressort bien je trouve

_________________
Sway va à gobelins, c'est un ordre !!! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Algunar
Modo
Modo
avatar

Nombre de messages : 1247
Age : 42
Localisation : Where the streets have no name
Date d'inscription : 24/01/2006

MessageSujet: Re: Une vie... (ou l'histoire d'un chevalier d'Athena)   Mer 1 Mar - 22:13

J'imprime le tout dès que possible pour le lire et te donner mon avis (car sur l'écran c'est trop long et je vais me péter les yeux lol!), mais je pressens déjà le meilleur, car tu es franchement doué pour écrire (me souvenant d'une fanfic cdz à laquelle tu as participé il y a quelques mois, et étant déjà halluciné par ta maitrise de l'écriture à l'époque...)! Wink

_________________
Si tu rencontres Bouddha, tue le. Si tu rencontres ton aieul, tue le. Vivre seul, libéré de toutes contraintes...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jubé
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2090
Age : 41
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 08/01/2006

MessageSujet: Re: Une vie... (ou l'histoire d'un chevalier d'Athena)   Mar 7 Mar - 14:25

Citation :
Le soleil n’était pas encore levé quand Daidalos apparut dans l’encadrement de la porte. J’avais mal dormi, la chaleur accablante du jour avait laissé sa place à un froid implacable. Je grelottais sous le drap unique que l’on m’avait fourni.
Il alluma la lumière et mes yeux virent quelque chose qu’ils n’avaient jamais vu auparavant : Daidalos était revêtu d’une armure. Elle scintillait de toute part comme les étoiles au cœur de la nuit.
Voyant mon regard effaré et le sourire gravé sur mon visage, Daidalos prit la parole :
-Je déduis par ton air que c’est la première fois que tu vois un chevalier d’argent. Suis-moi à l’extérieur.
Je me levai et enfilai un gros manteau qui était accroché à coté de la porte. Il était bien trop grand pour moi mais je me dis qu’il n’était pas temps de se soucier des apparences. Je sortis derrière Daidalos et il me conduisit sur le bord du lac.
-Regardes le ciel, Shun. Tu vois la petite ourse tout la haut ?
-Oui !
Une chance que je connaisse quelques constellations car j’aurais été déjà bien perdu pour ce premier enseignement.
-Et bien juste à coté, il y en a une autre.
-Celle en forme de maison ?
-Celle la même. Elle se nomme Cephée. Et l’armure que je porte est l’armure d’argent de cette constellation. Je l’ai gagné il y a maintenant bien longtemps à force de travail et de souffrances. Maintenant, regarde un peu plus haut. Voici la constellation d’Andromède.
Je levai un peu plus les yeux et je frissonnai quand je la vis.
-Tu es venu ici pour cette constellation. L’armure d’Andromède…
Il se remit à marcher, nous pénétrâmes dans un sous bois et ce que je vis m’emplit de stupeur. Partout autour de nous se tenaient des formes humaines, la plupart avaient le visage déformé par la haine, certains tenaient des épées, d’autres, des javelots mais tous regardaient dans la même direction. Au centre de cette place macabre, il y avait un temple. Il était bien plus petit que ce que j’avais pu m’imaginer de l’acropole et des temples grecs. Les colonnes étaient hautes et fines, en leur centre, il y avait une forme noire, une sorte de sarcophage. Mais ce qui me frappa, ce fut la chaîne qui entourait les colonnes, en bloquant ainsi l’accès.
Mais cette chaîne n’était pas un objet comme les autres car quand je m’en approchai, je la sentis vibrer et je reculai d’un pas, effrayé.
-Te voici dans le temple d’Andromède. Je vais te raconter son histoire.
Andromède était la fille de Cephée et de Cassiopée. Elle fut sacrifiée au nom de Zeus par ses parents pour sauver le peuple d’Ethiopie. Elle fut enchaînée à un rocher pour se faire dévorer par le serpent marin qui menaçait. Mais elle fut sauvée par Persée qui détruisit le monstre à l’aide de la tête de la gorgone.
Andromède fut offerte à Persée en remerciement. Mais lors du mariage de ceux ci, le prétendant d’Andromède vint au banquet pour se venger du vol de sa promise accompagné d’une horde de soldats. Mais ceux ci furent tous tués de la même manière que le serpent de mer.
Ce sont ces soldats que tu vois tout autour de toi.
Je frémis à l’idée que ces statues avaient un jour pu être des hommes. Puis je me ressaisis car ce genre d’histoire n’étaient que des contes pour enfants, des légendes. Pourtant, j’avais ressenti cette présence, cette force…
-Je vois que tu sais ce qui se cache derrière ces chaînes…
En effet, je le savais. Le sarcophage n’en était pas un, il s’agissait d’une urne dans laquelle se trouvait certainement l’armure que je convoitais. Je ne comprenais pas pourquoi je savais cela, mais je le savais, et c’était tout…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://molokodriver2leretour.over-blog.com/
Jubé
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2090
Age : 41
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 08/01/2006

MessageSujet: Re: Une vie... (ou l'histoire d'un chevalier d'Athena)   Mer 8 Mar - 23:14

Citation :
La journée que je vécu alors fut une des plus belles de ma vie. Daidalos la passa à m’expliquer les hauts faits de guerre des chevaliers d’Athéna. Il m’expliqua la hiérarchie, le fait que tous les chevaliers étaient soumis au Grand Pope, régent du sanctuaire en attendant la réincarnation d’Athéna.
Réincarnation ; ce mot sonnait bizarrement à mon oreille. Comment pouvait-on croire à de telles inepties ? Du haut de mes six ans, je savais que de telles choses n’existaient pas mais cet homme avait l’air de tellement y croire. Il tenait de tels discours emprunts d’allégresse et de joie à l’idée qu’Athéna pourrait renaître sur terre. Et moi je pensais à toutes ces choses que l’on m’avait toujours tenues pour fausses, je me disais que le père Noël existait peut être, ainsi que les ogres ou les sorcières des contes de fées que maman me racontait.
Il me montra des centaines de livres, de documents attestant de la véracité de ses paroles. Des écrits anciens parlaient de guerres saintes, de dieux mauvais comme Hadès…
Je frémissais à l’idée que tout ceci pouvait finalement exister car je sentais que tout était vrai.
Puis il m’amena au centre d’entraînement.
C’était un endroit terrifiant mais d’une beauté implacable. La chaleur ambiante rendait le sol brûlant, les seules plantes autour de nous étaient sèches et brunies par le soleil. Il y avait autour de nous tout un tas d’équipements rudimentaires ; des pierres ficelées entre elles, des épieux en bois… Tout cet attirail devait servir à l’entraînement, mais je n’imaginais pas trop comment s’en servir.
Enfin, nous entrâmes dans la petite cabane qui trônait au milieu de tout ce capharnaüm. Elle était miteuse et sans prétention. On imaginait volontiers qu’elle avait été bâtie par un Robinson perdu sur son île pour l’abriter des intempéries.
Devant nous se tenaient trois enfants à peine plus âgés que moi. L’un d’eux se tenait droit comme un I, les bras croisés, l’air décidé. Il avait un visage d’ange malgré des traits durcis par les aléas du climat. Il avait de beaux cheveux soyeux retenus par un bandeau. Son corps de jeune athlète était harnaché dans des sangles de cuir et des protections de toutes sortes, une épaulière, une coque et des genouillères.
Le second avait un visage bien plus commun si ce n’était ce tatouage en forme d’étoile sur la joue. Il avait les cheveux noirs et à peu près le même accoutrement que le premier.
Tous deux avaient, étroitement serrées autour des bras de longues chaînes ornées de pics en leur extrémité.
Le troisième était différent. Il avait de longs cheveux blonds noués en un catogan de fortune mais le détail qui frappait était le masque de métal qu’il avait sur le visage. Il devait être bien laid pour porter un tel masque, car la chaleur accablante devait être d’autant plus difficile à supporter avec le visage masqué de la sorte.
-Je te présente Reda, dit Daidalos en me montrant du doigt le premier des trois.
Le jeune homme me regardait avec dédain mais s’avança tout de même d’un pas pour me saluer en baissant la tête. Salut que je lui rendis.
-Voici Spika.
Cette fois, ce fut le jeune homme aux traits insignifiant qui m’approcha avec un large sourire et qui me serra la main avec entrain.
-Et pour finir, je te présente June.
June ? Une fille ? Il y avait donc aussi des filles ici ? J’étais totalement interloqué. Il faut se rappeler qu’à cette époque, la seule fille que j’avais connue était cette peste de Saori Kido. J’avais donc un sérieux à priori quant aux membres du sexe opposé. Elle baissa timidement la tête.
-Les enfants, dit Daidalos en s’adressant aux trois, je vous présente Shun. Il s’entraînera avec vous, dorénavant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://molokodriver2leretour.over-blog.com/
bebopnoun
Modo
Modo
avatar

Nombre de messages : 1454
Age : 39
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Une vie... (ou l'histoire d'un chevalier d'Athena)   Mer 8 Mar - 23:48

C'est toujours aussi bien écrit et aussi agréable à lire
En plus l'apparition des persos secondaires donne un petit côté nostalgique fort plaisant Wink

_________________
Sway va à gobelins, c'est un ordre !!! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bliss
Modo
Modo
avatar

Nombre de messages : 1642
Age : 37
Localisation : Calais
Date d'inscription : 08/01/2006

MessageSujet: Re: Une vie... (ou l'histoire d'un chevalier d'Athena)   Jeu 9 Mar - 12:40

ouaaa j'avais jamais fait attention à ta fanfic.

Je l'aime

_________________
Attention il va arriver !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
breiztiger
A deux mains gauches
A deux mains gauches
avatar

Nombre de messages : 43
Date d'inscription : 28/02/2006

MessageSujet: Re: Une vie... (ou l'histoire d'un chevalier d'Athena)   Jeu 9 Mar - 17:41

bien j'ai hate d'avoir la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jubé
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2090
Age : 41
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 08/01/2006

MessageSujet: Re: Une vie... (ou l'histoire d'un chevalier d'Athena)   Jeu 9 Mar - 18:03

Citation :
-Pourquoi portes-tu ce masque ? Es-tu si laide que tu préfères cacher ton visage ?
June baissa la tête et je me rendis aussitôt compte que je n’aurais pas du prononcer ces paroles.
Elle inspira et son poing s’envola, plus rapide que le vent pour finir sa course juste devant mon nez. Mes yeux écarquillés la regardaient avec stupeur.
-Sache que je pourrais t’écraser comme un insecte, alors retiens ta langue, petit.
Et voyant mon air ahuri, elle se mit à rire d’une voix douce et cristalline.
-Allez, n’aie pas peur, je ne te ferai pas de mal… enfin, pas maintenant. Ce masque, je le porte car je n’ai pas le choix. Je suis une fille, voilà la raison…
-Et alors ? Je ne vois pas le rapport ?
-C’est une loi ancestrale du sanctuaire. Les femmes n’avaient à l’origine pas le droit de porter d’armure, l’une d’entre elle décida donc de tromper son maître en portant un tel masque. Elle s’appelait Carra et devint le chevalier de bronze du caméléon. Lorsque le Pope apprit ce sacrilège, il la fit exécuter par un chevalier d’or… Bien sur, face à une telle force, elle succomba sous les coups.
Le chevalier d’or revint au sanctuaire, le masque à la main. On dit qu’il le jeta sur le sol devant le Grand Pope et qu’il lui dit ceci : « Cette femme est morte en chevalier. »
June marqua une pause dans son récit, comme pour y réfléchir un instant de plus :
-A la suite de cet évènement, d’autres femmes ont voulu devenir chevalier, peu y parvinrent car elles étaient souvent démasquées et chassées mais quelques-unes le devinrent. Et le Pope décida alors de cette loi stupide, trop fier pour admettre qu’il avait pu avoir tort, il décida que toute femme voulant devenir chevalier devait quitter sa féminité à tout jamais en revêtant ce masque.
C’est pour toutes ces femmes, et surtout pour Carra que je m’entraîne ici et que je deviendrai à mon tour June, chevalier de bronze du caméléon.
-Du caméléon ? Tu n’es donc pas ici pour l’armure d’Andromède ? Il y en a d’autres ?
-Bien sur !
-Alors June, on fait du baby-sitting ?
Reda apparut derrière un arbre, un sourire moqueur aux lèvres.
-Et bien petit, on drague les jeunes demoiselles ! Tu ne fais pas le poids !
-Laisse le tranquille, Reda !
-Et qui m’empêchera de faire ça !
A ces mots, il me mit un violent coup de poing sur l’épaule qui me fit vaciller puis tomber sur le sol brûlant. Je regardai les deux enfants face à moi, mes yeux embués de larmes. Mais ce n’étaient plus des enfants qui se tenaient debout devant moi, mais deux combattants, deux futurs chevaliers. Ils se défiaient et je sentais leurs énergies respectives s’abattre tout autour comme mille rayons de soleil, forts et brûlants.
Je les admirai, je les aimai, je voulais être comme eux. Je me levai donc :
-Reda ! C’est bien ton nom ? Sache que je suis venu ici pour devenir chevalier et je ne laisserai quiconque me barrer la route.
A ma grande surprise, je sentis quelque chose en moi de nouveau, une volonté, une force que je ne me connaissais pas. Je regardai mes poings serrés et je sentis le pouvoir, l’énergie qui en émanait.
-Alors, approche-toi, Reda, que l’on voit qui est le plus fort.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://molokodriver2leretour.over-blog.com/
bebopnoun
Modo
Modo
avatar

Nombre de messages : 1454
Age : 39
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Une vie... (ou l'histoire d'un chevalier d'Athena)   Jeu 9 Mar - 18:08

ça s'accélère et l'histoire de Carra est excellente
Elle s'intègre très bien dans l'univers de Saint Seiya je trouve ... sur ce point de vue le seul bémol pour moi, c'est qu'elle soit chevalier du caméléon (comme June)... elle aurait pu être autre chose... mais ça ne reste qu'un avis perso, enfin la forme reste excellente Wink

_________________
Sway va à gobelins, c'est un ordre !!! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jubé
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2090
Age : 41
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 08/01/2006

MessageSujet: Re: Une vie... (ou l'histoire d'un chevalier d'Athena)   Jeu 9 Mar - 18:11

C'est fait expres en fait^^ Je voulais que June veuille obtenir la meme armure que son modele!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://molokodriver2leretour.over-blog.com/
breiztiger
A deux mains gauches
A deux mains gauches
avatar

Nombre de messages : 43
Date d'inscription : 28/02/2006

MessageSujet: Re: Une vie... (ou l'histoire d'un chevalier d'Athena)   Ven 10 Mar - 13:25

tu comptes faire tout l'histoire de saint seiya ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jubé
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 2090
Age : 41
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 08/01/2006

MessageSujet: Re: Une vie... (ou l'histoire d'un chevalier d'Athena)   Dim 12 Mar - 21:41

Disons que j'e retrace la vie de Shun, donc les évênements qui lui ont paru important ou qu'i ont fait de lui ce qu'il est^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://molokodriver2leretour.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une vie... (ou l'histoire d'un chevalier d'Athena)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une vie... (ou l'histoire d'un chevalier d'Athena)
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» HISTOIRE DE CHEVALIER DES GRIEUX ET DE MANON LESCAUT de Abbé Prévost
» [Chevalier,Tracy] La vierge en bleu
» Chevalier et Ségur - Le pays des songes - Légende des contrées oubliées T2
» [Derevaux, Jude] Vint un chevalier [Moyen-âge Ép. Victorienne]
» [Texte court] - Le chevalier et le dragon - G

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Krea-Myth, vivez, creez :: Elegance :: L'art en général :: Les écritures-
Sauter vers: